Choose a language: English Français Portugues

Cameroun

 

1.      Généralités

Logé au fond du Golfe de Guinée, le Cameroun a une superficie totale est de 475.000 km² et une population d'environ 18,5 millions d'habitants. Il comporte une façade maritime de 402 km, un plateau continental de 14.000 km2 et une superficie de la ZEE estimée à 15.400 km2. L’économie du Cameroun est basée sur l’agriculture, le pétrole et le bois, avec un PIB de 2234 $US/ht/an. Avec un potentiel maritime exploitable estimé à 75.000 t par an, le secteur contribue pour 1,8% du PIB et emploie près de 200.000 personnes. La consommation moyenne du poisson n’est pas importante, 17,9 kg/h/an.

 

2.      Description du secteur des pêches dans le pays

On rencontre ici la pêche artisanale maritime, la pêche semi-industrielle et la pêche industrielle. Sur la côte, l’océan reçoit les apports de 14 fleuves principaux à travers une zone de mangroves et de larges estuaires. Les activités de pêche continentale se pratiquent dans les cours d’eau, les lacs, les retenues d’eau et les zones d’inondation. Comme la pêche artisanale et semi-industrielle maritimes, elle se fait essentiellement à partir  d’embarcations monoxyles en planches alors que la pêche industrielle est pratiquée exclusivement par des chalutiers battant pavillon national. Les captures se chiffrent à environ 168.000t par an, dont 85% par les pêches artisanal maritime et continentale. L‘aquaculture est encore à l’état embryonnaire,  Le document du cadre stratégique pour un développement durable de l’aquaculture au Cameroun a été adopté en décembre 2009.

 

3.      Disposition institutionnelle

La principale autorité responsable de la pêche à l’échelon national est le Ministère de l’Elevage, des Pêches et des Industries Animales (MINEPIA) à travers la Direction des Pêches et de l’Aquaculture (DPA). La DPA a 4 sous Directions et de nombreux services avec une quinzaine de cadres. Au niveau décentralisé, la DPA bénéficie du système d’administration déconcentrée (au niveau des régions, des départements et des arrondissements). Les institutions d’appui au secteur sont entre autres la Mission de Développement de la Pêche Artisanale Maritime (MIDEPECAM) et la Caisse de Développement de la Pêche Artisanale Maritime (CDPM), les Ministères  des Transports, de la Recherche Scientifique (MINRESI à travers l’IRAD, de Défense et de l’Environnement.

 

4.      Politique et cadre juridique des pêches

La pêche est régie au Cameroun par La loi N°94/01 du 20 janvier 1994 portant régime des forêts, de la faune et de la pêche à travers un arsenal de textes d’application (Décrets, Arrêtés, Décisions et Notes). Cette loi étant plus liée à la forêt et à la faune, un TCP/FAO a aidé à élaborer un projet de loi portant régime des pêches et aquaculture qui attend d’être promulguée. D’autres législations appuient cette réglementation, entre autres la loi N° 2000/017 du 19 décembre 2000 portant réglementation de l’inspection sanitaire vétérinaire et la loi N° 98/0065 du 14 avril 1998 portant régime de l’eau.